fishpiss

Sasa et la guerre par Éric Thériault

Sasa et la guerre
par Éric Thériault
Vol. 2 No. 1, 2000

Vous rappelez-vous des bulletins de guerre à la télévision durant la guerre du Golfe? Ces images irréelles où on voyait des éclats verdâtres dans le ciel de Bagdad et les pointillés de la DCA qui accompagnaient les bruits de bombes? Imaginez un peu si c’était ici, à Montréal, que ca arrivait? L’ironie avec laquelle les gens acceuilleraient le Stade Olympique détruit par les bombes, puis la panique grandissante alors que les gens finiraient par réaliser que ce n’est pas un rève et que l’OTAN veut bel et bien détruire notre ville…
C’est un peu ce qu’a vécu Sasa Rakezic, un serbe qui habite Pencevo à quelques kilomètres de Belgrade. Il est l’auteur de cette bd que vous voyez dans la page d’à côté et il a dû vivre la terrible guerre que la Serbie vient de subir au printemps dernier. Sasa n’en est pas àa ses premières bd publiées. Il a eu sa propre série chez Fantagraphic, Psychonaut, publie régulièrement dans des zines d’un peu partout sur la terre et est traduit dans Lapin, le receuil de BD de l’Association en France.
J’ai eu l’occasion de le connaître en 1991 alors que nous avions tous deux publié dans le “Comix Compendium”, un receuil de bd underground publié à Toronto. Notre adresse étant indiquée à l’intérieur du livre, il m’a contacté; nous avions tous deux des histoires oniriques. Le rêve étant un sujet important pour lui qui dessine ses propres rêves et ses visions hypnagogiques, ses rêves semi-controlés. Nous avons donc correspondu durant la guerre en Bosnie-Herzégovine et il m’a donné à deux reprises l’occasion de publier dans un magazine de BD serbe produis par ses amis.
Les BD de Sasa concernent généralement son quotidien dans un pays en guerre, la psychose, le stress qui habite les gens et ses étranges visions hypnagogiques de personnages pop comme Donald et Mickey.
La Serbie étant frontalière de la Bosnie-Herzégovine en pleine guerre civile, Sasa n’a pas eu à vivre de déportation forcée et de violence rapprochée mais plutôt la psychose et la récession profonde de son pays. Je me suis souvent demandé qu’elle était la position profonde de Sasa alors qu’il ne pouvait qu’être affecté. Il a toujours réussi à éviter le piège de prendre position, ne dénoncant que la folie qui poussait les deux factions du conflit. J’ai su plus tard qu’il était assez proche des mouvements pacifistes d’artistes et de marginaux. Il a réussi assez incroyablement à conserver cette position alors même que les bombes pleuvaient sur sa ville en mars 99. J’ai eu un matin d’inquiétude alors que le bulletin de nouvelle annoncait le début de cette guerre “humanitaire,” puis il a commencé à envoyer à tous les jours des e-mails décrivant ce qui se passait de sa fenêtre. Les usines bombardées, les fumées toxiques qui se dirigeaient vers la maison de ses parents, puis les armes étranges dont les bulletins de nouvelles ne parlent pas…

“C’est drole, les gens, ici, ont l’air d’être plus détendus ces jours-ci: ils commencent à s’habituer aux bruits des avions de l’OTAN, et même aux bombardements… C’est effrayant de voir qu’on peut s’habituer à des choses comme ca au bout d’un moment… La cible habituelle de ma ville (les usines d’avions UTVA, dans la banlieue de Pancevo) a été bombardée avec deux projectiles hier soir… Mais il faut savoir que cette usine produit de petits avions qui sont utilisés en agriculture ou pour l’extermination de larves de moustique…”

La TV Serbe ayant coupé toute programmation régulière venant d’ailleurs que de Serbie, les ondes furent remplies très momentanément par de la propagande… “J’étais dégoûté et je n’avais plus le coeur à regarder ca, mais après avoir jeté un coup d’oeil pour vérifier, j’ai remarqué qu’ils ne diffusaient plus seulement des vieux films de guerre yougouslave, mais aussi des films européens et américains (y compris quelques trucs de Disney!), et aussi certains soap-operas mexicains populaires…” Plein d’autres détails fascinants peuvent être lus dans un petit livre fascinant tout juste publié par l’Association, E-Mails de Pancevo. Ce receuil contient l’entièreté de sa correspondance avec ses amis cartoonistes.

“Hier, tous les médias de Yougoslavie parlaient de la ratification des accords de paix par les généraux de l’OTAN et de l’armée Serbe (…) La célébration de la victoire dans mon pays était un peu ridicule dans ce décor d’incendie géant à la raffinerie, et sur fond de nuages noirs dans le ciel (…) La Serbie sera le pays qui entrera dans le XXIe siècle avec ses usines, ses ponts, ses chemins de fer et ses autoroutes complètement détruits.”

E-Mails de Pancevo par Sasa Rakezic alias Aleksandar Zograf, L’Association, 1999
autre recueuil dans lequel on retrouve Sasa et Éric:
Flock Of Dreamers, Kitchen Sink Press