fishpiss

RECTANGLE, zine pas square par Éric Thériault

du Vol. 1, No. 3

RECTANGLE, zine pas square.
Éric Thériault
Dans le dernier numéro de FishPiss, il y avait quelques articles très intéressant sur les zines montréalais du passé. Lire ces textes m’a ramené dans ce passé proche et m’a rappelé des souvenirs. Ce genre de texte est toujours très important parce que la «contre-culture» est toujours très proche des gens, personnelle et ignorée des grands médias. Leurs participants se doivent d’en faire la chronique simplement parce qu’il est peu probable que quelqu’un d’autre le fasse.
Ces articles parlaient donc des zines que leurs auteurs connaissaient et il y a donc certain absents. Entre autre Rectangle.
Rectangle était un zine qui mélangeait BD et Rock Alternatif Franco et qui a existé de 1987 à 1990. Pendant 3 ans, à tous les quelques mois, un numéro de format magazine 8.5 x 11, souvent imprimé et gratuit, apparaissait dans les librairies BD et quelques disquaires supportifs du centre ville de Montréal.
En 86, je m’occupais de la rédaction du zine de BD Krypton, où commençaient à publier certain artistes aujourd’hui plus connus comme Siris, R.Suicide, Olivier Morrissette, Thierry Labrosse, Gregoire Bouchard, Alain Reno et Luc Girard. De plus, je fréquentais aussi un petit groupe qui préparais un ambitieux magazine de BD (qui ne vit jamais le jour); Zébrure.
Zébrure était un de ces projets qui n’en finissent plus d’accoucher. Pas d’argent, pas d’expérience pertinente d’édition, pas de marché, etc. L’idée vint alors à Yvan Pellerin, l’éminence grise derrière cet éléphant blanc, de créer un zine plus petit dont le but serait de préparer le terrain à une bd québécoise, du moins localement. Le journal devrait sortir mensuellement avec les moyens du bord et n’avoir que 2 pages s’il le fallait, mais DEVAIT SORTIR A TOUT PRIX. Pellerin me demanda de m’impliquer dans ce projet parce que mon expérience avec Krypton pouvait aider a trouver des dessinateurs, des articles et, de plus, j’avais étudié en graphisme. J’étais aussi intéressé parce qu’il devait y avoir une section Rock. La logique étant que les articles sur la musique devraient permettre d’attirer le lecteur naïf à prendre le magazine et à y lire les BD.
J’ai donc sauté à bord parce que j’aimais cet esprit BD Rock qui  me rappelait le magazine de bd françaises Métal Hurlant, qui avait été déterminant pour l’adolescent que j’avais été. Ca me donnait un prétexte pour quitter Krypton qui devenait trop «le-zine-de-BD-des-étudiants-du-Cégep-du-Vieux-Montréal-et-ca-paraît» pour que je m’y sente a l’aise.
Nous devions solliciter l’aide du gouvernement pour recevoir un programme Jeunes Entrepreneurs qui permettrait de financer le zine et de nous payer. Par cette logique nous deviendrions des cartoonistes PROFESSIONELS. Le premier numéro fut tellement mal photocopié et plein de fotes d’orthographe que le professionnalisme n’aurait été évident a personne d’autre que nous, mais c’était motivant ! Le programme demandait 4 employés. Nous avons donc ajouté Jacques Pellerin (le frère de l’autre) et Denis Bougard (l’ami du frère de l’autre). Ces deux derniers étaient vendus à la cause du rock alternatif franco et orbitaient autours de l’Usine de Création Acmé. Leurs poids combiné allait faire virer Rectangle de fanzine-de-BD-avec-une-page-rock a zine-rock-sympathique-à-la-BD. C’est cette synergie qui allait pouvoir faire survivre Rectangle 3 ans. Je n’aurais pas donné cher de la peau de Rectangle autrement…
Toujours est-il que la subvention n’est jamais venue et cette déception a donné lieu à de nombreuses beuveries désabusées et a un vague plan de faire un hold-up de dépanneur pour trouver les finances…je me rappelle cet après-midi où Yvan, complètement saoul, a tiré un revolver caché sous sa table à dessin et menaçant de passer aux actes. Il est parti en titubant vers la sortie. Je l’avais pris au sérieux . Il en aurait bien été capable mais j’ai su plus tard que le fusil était fake…
J’ai quitté Rectangle après m’être découragé de voir la dérive du zine vers une sorte de newsletter du Festival Rock de Montréal. L’alcoolisme en série de frères Pellerin n’aidait en rien…Malgré cela, ca a été une expérience intéressante de fréquenter tous les artistes des français de Boucherie Production, et de se rendre compte plus tard qu’une de leur groupie était Mitsou…
Rectangle a donc continué son chemin a publier beaucoup de BD comme celle de Valium, Julie Doucet, Martin Lemm, Siris, Suicide, Chansigaud et moi même. Vers la fin, le zine recevait une subvention culturelle de la ville de Montréal. Rectangle mourut avec la fin de la subvention qui fut coupé pour un obscur motif, une couverture irrespectueuse de Claude Ryan, alors ministre de l’éducation.
L’esprit Rectangle a quand même continué a exister, dans les show de rock des Michels (presque tous des Bdistes du zine) et dans les nombreux mini-comics que ces mêmes artistes continuent toujours a publier.

Éric Thériault